Vic Fezensac. Novillada de La Cruz

By  / 21-09-2015

Vic-Fezensac. Un quart d’arène. Six novillos des frères Garnier très bien présentés, dans le type Saltillo, sauf le premier plus Santa Coloma. Le cinquième Albadero n° 8, a fait une vuelta, ce fut le plus complet d'un lot âpre qui a pris 21 piques au total souvent dans un bon style en partant de loin, mais qui s'est avisé par la suite, faisant preuve de genio et de sentido. Le Vénézuélien Manolo Vanegas : salut et une oreille. Le Colombien Guillermo Valencia : silence et tour de piste. Le Péruvien Joaquín Galdos: pitos et silence. Les responsables du Club Taurin Vicois ont pris leur décision samedi à 16 heures: le lot de novillos de Hoyo de la Gitana présentait une boiterie trop forte pour fouler la piste vicoise. Dommage pour les aficionados qui attendaient beaucoup de ce fer mythique. Les Vicois se sont retournés vers des éleveurs français, les frères Granier présents quatre ans plus tôt avec un certain succès. L'avantage était de rester dans la même origine, de présenter un ensemble digne de la cité gersoise et donner une nouvelle opportunité à un des rares éleveurs Français à rester fidèle à un encaste. Les toreros jouèrent le jeu et acceptèrent ce changement de dernière minute. Le lot de Granier, de présentation splendide, se montra solide, spectaculaire à la pique, mais les choses se compliquèrent par la suite. Les trois premiers, de sérieux clients, développèrent un fort instinct défensif; ajustant leur coup; humiliant peu; souvent distraits et partant aux planches. Bref, ils donnèrent du fil à retordre aux novilleros. Les trois suivants, toujours attrayants au premier tiers, se laissèrent un peu plus faire par la suite. Le quatrième se montra le plus complet. Il prit quatre piques et Gabin Rehabi se fit applaudir dans un tiers remarquable. Abordable par la suite, il fit une vuelta très applaudie. Manuel Vanegas se montra le plus avisé dans ces situations risquées. Il tua ses deux adversaires de deux estoconazos. Sa seconde faena, justement primée, fut instrumentée exclusivement de la gauche, le côté le plus aimable de l'adversaire. Il joignait ainsi l'intelligence tactique et le courage. Du courage, Guillermo Valencia n'en manque pas, pas plus que de générosité, mais il ne maîtrise pas son sujet comme le jeune Vénézuélien qui le précédait. Reseña de Pierre Vidal. Reportage vidéo d'Yves Pétriat.

A voir aussi sur  Vic fezensac

Vic. Débarquement Hoyo de la Gitana

16-09-2015

Vic-Fezensac. Débarquement des novillos de Hoyo de la Gitana qui seront combattus ce dimanche 20 septembre à 16h30 dans les arènes Joseph Fourniol de Vic dans le cadre de la…