Aignan. Importante corrida de Yonnet

By  / 01-04-2013

Aignan. Corrida de Yonnet. Retour en images mais malheureusement sans le son à cause d'un petit problème technique. Une course prenante d'un bout à l'autre, deux toreros, Escribano et Aguilar, morts de faim qui surent se dépasser dans cette guerre de tranchée, effrayante par moment. ils auront marqué des points même si leur courage méritait plus de considération. Les Yonnet ont fait beaucoup d'effet dès leur sortie dans ce petit ruedo où ne pénètre qu'un seul picador: tous étaient très armés, hauts et longs comme des trains. Ils furent d'ailleurs applaudis à la sortie du toril. Par la suite, ils prirent quinze piques au total, partant de loin parfois mais sans se livrer totalement sous le fer. Il y eut cependant deux chûtes de la cavalerie Heyral (excellente). A la muleta, ils eurent le comportement attendu: il fallait se la jouer totalement pour en tirer le suc. Ils se réservaient, ajustaient leurs coups et ne pardonnaient rien. Des toros de quinze passes pas plus. Les plus commodes -si on peut dire!- de ces cinqueños furent les seconds et troisièmes. Rafaelillo est-il usé par ces nombreux combats douteux auquel il est abonné ? Il ne fit pas l'effort indispensable face à ce type d'adversaires. Il tomba sur un lot particulièrement âpre. Peu à son aise face à son premier, il perdit complètement les papiers à son second passage et fut copieusement sifflé. Le guerrier s'est-il émoussé? Le contexte ne lui était pas favorable. Nous aurons l'occasion de le revoir à Vic. Manuel Escribano nous a enchanté de bout en bout. Il faut valoriser son entrega, son courage. Il dessina de belles véroniques en gagnant le centre à ses deux passages. Il bandérilla ses deux adversaires de manière variée, s'exposant, notamment lors d'une paire d'anthologie al quiebro dans les planches. Ses deux faenas, certes un peu décousues, furent un modèle de courage et d'aguante. Il nous a plu particulièrement à son second passage où, totalement centré, il arracha passe après passe sans reculer d'un centimètre. Il coupa une première oreille en tuant d'un estoconazo sin puntilla, vraiment énorme. Au second l'estocade un peu tombée et le Yonnet tardant à rouler l'empêchèrent de sortir en triomphe comme il l'aurait mérité. Bonnes dispositions aussi d'Alberto Aguilar qui eut, face à son premier Yonnet, de bonnes séquences, conduisant le toro jusqu'au bout de sa charge. C'est un jeune courageux lui aussi, mûr et surtout très ferme dans sa manière de conduire l'animal. Il plaça une bonne épée méritoire compte tenu de sa taille mais ses difficultés au descabello lui ôtèrent un trophée. Il sortit por todas au dernier un impressionnant castaño qui s'éteint rapidement, la faena tournant court. Les amateurs de sensations fortes étaient nombreux à attendre cette corrida d'Hubert Yonnet. Ils n'ont pas été déçus. On parle souvent de Miuras français, les toros de la Bélugue ont totalement justifiés cette réputation à la fois par leur présentation et par leur comportement. Reseña de Pierre Vidal. Photo d'Eric Depecker et reportage vidéo de Jean-Michel Lamy.

A voir aussi sur  Aignan 2013

Aignan. Daniel Soto a hombros

04-04-2013

Aignan y Toros 2013. Retour sur la novillada sans picadors du dimanche 31 mars en matinée. Une belle entrée pour voir les erales de Paul et Jérôme Bonnet, intéressants de…



Aignan. Une oreille pour Tejela et Dufau

09-04-2012

Aignan. Corrida du vingtième anniversaire d'Aignan y Toros. Arènes quasiment pleines. Corrida faible de Baltasar Iban. Juan Bautista salut et silence, Matías Tejela oreille et ovation, Thomas Dufau silence et…