Mont de Marsan, espoirs déçus

Ajouté le: 21-07-2019 10:31

Mont de Marsan. Samedi. 5ème de la Feria de la Madeleine. Presque plein.

Toros de Núñez del Cuvillo (un sobrero en second)

Paco Ureña, silence et silence; 

Emilio de Justo, silence et ovation et salut.

Ginés Marín, oreille et y silence. 

 

Comme le dit le vieux proverbe taurin « corrida de expectacion corrida de decepcion ». La déception a été en effet à la mesure des espoirs suscités par le cartel et surtout par la ganaderia, Nuñez del Cuvillo, qui vient d’obtenir le prix du meilleur lot à Pampelune et qui triomphe partout. Cependant la camada de l’élevage de Tarifa comportant plus de vingt corridas tous les lots n’ont pas la même réussite. Il y a donc toujours un risque d’échec comme nous l’avons vu hier.

 

La présentation de l’ensemble était disparate avec des éléments qui faisaient à peine la maille : légers dirons-nous, en comparaison avec ce à quoi nous avait habitué les jours précédents. A part le cinquième tous manquèrent de force et de moteur procurant un jeu fade, sans intérêt. Le second a été changé en raison de cornes abimés, son successeur procura un beau tiers de piques pour s’éteindre par la suite, lui aussi.

 

Paco Ureña, il faut le rappeler, torée avec un œil en moins après une grave cornada l’an passé, c’est une circonstance qui atténuera l’inanité dont il a fait preuve devant une opposition qui ne permettait guère de briller : faenas accrochées, fuera de cacho, sur le voyage et mal conclues à l’épée. Sera-t-il capable comme Padilla de faire de son handicap un atout et de susciter l’enthousiasme? Il n’a pas le charisme du jerezano.

 

Emilio de Justo paraît être encore mal remis de sa blessure à l’épaule de Caceres. Il n’a pas eu cette détermination, cette entrega qui en fait un des toreros préférés du sud-ouest. Face au cinquième, noble avec de la transmission, son travail ira de más à menos. Le public qui, jusque là, baillait aux corneilles était acquis à sa cause mais la faena bien débutée par de beaux doblones et suivies de plusieurs séries templées baissa d’un ton rapidement. Pinchazo hondo, le toro eut du mal à tomber et il dut se contenter de saluer. Face au sobrero (2ème bis) qui sans doute avait laissé trop d’énergie sous le cheval il ne put rien. Maigre bilan que cette Madeleine pour le seul torero invité deux fois.

 

Triomphateur du jour, Ginés Marin le fut par sa décision mais aussi par ses capacités techniques sur lesquelles s’appuie un toreo élégant qui sait plaire. Une séduction de bon aloi car le jeune homme qui désormais a du bagage, a le sens du temple et marche à la corne contraire sans tricher. Face au dernier qui avait de la classe mais trop peu de force il ne put construire, malgré ses intentions, un trasteo complet. Dans les deux cas il tua de deux estoconazos impeccables.

 

Reseña de Pierre Vidal.

Photo Emilio Méndez.



Partager
Twitter